est dire pour le formuler avec les moyens

est alors capable de les exprimer,selon la nécessité, par un seul mot ou par un livre entier ».

3          «  Le traducteur qui lit le texte original estun lecteur comme un autre ; il comprend le texte avec toutes sesimplications ; mais lorsqu’il traduit, il se borne à restituer le sens dece qui est dit, pour mettre le destinataire du message en mesure de retrouverdans la traduction les implications, que lui, traducteur, a trouvées dans l’original.Il conserve ainsi au destinataire final toutes les possibilitésd’interprétation »4.         « Ainsi la compréhension du traducteur duroman, ne peut, comme celle d’ailleurs de tout lecteur, que saisir l’étai du procédéde l’existence et de la lecture, sur un savoir prodigué et sur le décryptage deprocédés discursifs spécifiques au genre artificiel ». « Elle restedonc un acte d’interprétation hautement subjectif qui conditionne à son tour,dans une très large mesure, la perception ultérieure de l’œuvre par le public »5.         Pour ce faire, letraducteur doit tenir compte de la connaissance distribuée et des habitudeslangagières de la communauté linguistique d’accueil : En tant querécepteur le traducteur doit être fidèle au vouloir dire de l’auteur, en tantqu’émetteur il doit être fidèle à son destinataire ; c-à-dire ; lesens compris par le traducteur se transforme à son tour en un vouloir dire pourle formuler avec les moyens de l’autre langue.        Donc, nous pouvonsdire que   la traduction sera une exactitude au signifié età l’effet résolu par le concepteur.

3. D. Seleskovicth, MarianneLederer, Interpréter pour traduire, p.

20.4. Seleskovich D. et Lederer M. : Interpréter pour traduire, Paris,Didier Érudition Coll. «Traductologie », n°1, 2° édition, 1986 ;p 65 5.

Best services for writing your paper according to Trustpilot

Premium Partner
From $18.00 per page
4,8 / 5
4,80
Writers Experience
4,80
Delivery
4,90
Support
4,70
Price
Recommended Service
From $13.90 per page
4,6 / 5
4,70
Writers Experience
4,70
Delivery
4,60
Support
4,60
Price
From $20.00 per page
4,5 / 5
4,80
Writers Experience
4,50
Delivery
4,40
Support
4,10
Price
* All Partners were chosen among 50+ writing services by our Customer Satisfaction Team

Israël, F. : Traduction littéraire : L’Appropriation dutexte, in Recueil d’articles en tautologie. E.S.I.T., Paris, 1997, p. 10.

Defait, comme l’affirme Jacques Derrida, « Une lecture peut constituer unetraduction. Et l’inverse, Deux faces liées de l’interprétation ».         Par conséquent, ilsurvient au traducteur d’associer aux contributions linguistiques descompléments cognitifs afin de saisir lui-même l’élément culturel inclus dans letexte à traduire.          De ce fait, vu l’incompétence linguistiqueperçue chez les traducteurs des deux systèmes français et arabe, ils ont comptésur la latitude littéraire et la modification et une créativité subjective                 Eneffet, al-Manfaloûti, nonobstant sonignorance de la langue française, il n’a pas hésité à traduire suffisammentd’ouvrages célèbres. Parmi eux, l’œuvre de « Paul et Virginie »,un chef-d’œuvre de Bernardin deSaint-Pierre. Plusieurs critiques témoignent sa négligence de la languefrançaise, et qui a adapté ces œuvres dans un style simple et sobre, dépouilléde tous les artifices habituels, sa langue est agréable bien que l’emploi del’arabe dialectale dans certains passages soit de nature à diminuer lerayonnement de son œuvre. Il est apte à toute admiration et estimation pour sahardiesse de traduire pourtant son ignorance de la langue française. Tout cequ’il a traduit fait parti du romantisme qui traite des sujetsimportants : la vertu, la justice, la victoire et la critique.

         Sa méthode de traduireétait ; tant qu’il voulait traduire une œuvre, il demande à un de ses amisde lui traduire par écrit ou oralement l’œuvre concerné, puis il fait letransfert à son style.         Boutros al-Boustanî confirme cette coopération de traduction et dit :  ????? ??? ???? ????? ???? ????? ??? ????? ???????? ???? ??? ???”??? ???? ????????? ????? ????? ????? ? ???? ??? ????  ????? ?  6″????? ???? ?? ? ??????: ???? ???? ??? ???????              Ana al-Fakhouri critique ses romanstraduits   :     ???????? ?????  ????? ?????? ????? ?? ?????? ?????? ?? ?????? ???? “.268-267 ? ???????? ??? ? ??????? ?? ????? ?????-6 7”???? ???? ??     Zaki al-Mahasinî et DjamîlSoltane  disent à son propos :                                     ???????? ????  ???? ???? ???????? ?????? ???? ??? ??? ??? “????? ???????? ? ?????? ???? ?? ????? ???? ?? ?????? ?? ????      ???? ???? ????? ??? ???? ?, ??????? ?? ???? ? ,????? ?? ???? ,?? ???????? ??? ??? ? ??? ???????? ????? ??????? ??? ??? ??? ??? ? ???.8″« ????? ???? ?? » ??????? 1.    al-Manfaloûti et la culturefrançaise :         Appréhender lesens, dans le mouvement traductif, ne se limite pas à saisir la significationdu texte mais à chercher probablement la possibilité de le reproduire d’unemanière convenable aussi bien linguistiquement que culturellement.        La traduction dresse une passerelleentre la culture de départ et la culture d’arrivée. Elle doit respecter leprincipe de fidélité sémantique qui se offense fréquemment à la divergenceculturelle et pourrait engendrer, un facteur d’infidélité ; ce quipourrait trahir l’objectif primordial de la traduction, la fidélité au sens.

         La traduction est le fruit d’uneinteraction non seulement entre deux systèmes linguistiques mais aussi entredeux systèmes culturelles ; elle est amenée à obéir à un double maiscontradictoire qui celui de ramener la culture étrangère à une formeassimilable pour une communauté par sa propre culture d’une part et d’autrepart, permettre à cette communauté de déposer sa culture pour mieux comprendreles autres.